Les FRAC : fonds régionaux d’art contemporain


Plus de 30 ans déjà que le fonds régionaux d’art contemporain s’installe dans la rubrique art et culture Française suivant l’initiative du Ministère de la culture et ne cesse de croître en nombre et de créer de nouvelle génération. En effet, créé en 1982 par Jack Lang en France, l’on compte actuellement au environ de 23 FRAC dans ses régions.

Le principe des FRAC

frac.jpg

Les FRAC sont des fonds régionaux découlant des collections publiques d’art contemporain. Ils sont installés afin de promouvoir l’art et la culture contemporains français dans chaque région de France dans le cadre de la politique de décentralisation. Les FRAC disposent d’un budget qui a comme fondement le principe d’un financement paritaire entre les régions, l’Etat par le biais du ministère de la culture et les masses-médias (secteur de la communication). Les fonds tendent à tout d’abord à constituer un patrimoine, puis à diffuser les arts contemporains dans les entités concernées (région, établissements scolaires,..) et enfin à sensibiliser le public par les divers stratégies de communication (conférence, visite guidé,…) afin de maintenir la culture français, de garder et promouvoir les démarches artistiques contemporaines.

Les FRAC nouvelle génération

les-frac-nouvelle-generation.jpg

Regroupant tant d’artistes, massant tant d’œuvres d’art, sollicitant tant de public à aimer la culture contemporaine,…le FRAC ne cesse de s’améliorer avec le temps.  A cet effet, les FRAC dits nouvelle génération  sont conçues afin de donner une meilleure diffusion de l’art contemporain.  L’installation d’une localité fixe afin d’obtenir de meilleure exercice. On trouve cependant une nouvelle disposition pour créer une nouvelle collection permettant d’attirer plus d’acteurs. Les FRAC rassemblent multitude de culture dont le but est de promouvoir les diversités culturelles et artistiques de l’art contemporain.  La diffusion de ces arts contemporains  est très importante  afin de valoriser les collections existantes.  Il faut sensibiliser au maximum le public au moyen des couvertures médiatiques présentes pour permettre de promouvoir aussi les territoires qui détiennent  plus d’arts contemporains.